Coordination des Musulmans Unis pour la Dignité

A la suite des événements tragiques du 13 Novembre 2015, le gouvernement a choisi d’instaurer l’État d’URGENCE et prétend déclarer la guerre au terrorisme. Or en paroles comme en actes, ce dispositif exceptionnel se traduit par la stigmatisation et la répression des personnes de confession musulmane en France.

بِسۡمِ ٱللهِ ٱلرَّحۡمَـٰنِ ٱلرَّحِيمِ

Au nom d’Allah le Miséricordieux, le très Miséricordieux

Ainsi en quelques semaines, ce sont plus de 2000 perquisitions qui ont été effectuées, de jour comme de nuit, sur tout le territoire. Ces perquisitions aléatoires mais bien discriminantes, visent principalement des Français et des résidents en France de confession musulmane, des lieux d’habitation, des commerces, ainsi que des mosquées.

Plusieurs cas de violences physiques et verbales – injures et grossièretés – de dégradations de biens, d’intimidations et d’humiliations sont d’ores et déjà recensés.

Alors que la quasi-totalité de ces perquisitions n’ont abouti à aucune arrestation et furent classées sans suite, et n’ont permis d’établir aucun lien avec la tuerie du 13 novembre et furent donc classées sans suite, nous nous interrogeons sur le but réellement recherché par cette campagne qui a fortement choqué les musulmans. Il est regrettable que ce sursaut de nationalisme exclusif et orienté auquel nous assistons en France prenne la tournure d’une véritable PUNITION COLLECTIVE à l’égard de toute une communauté de plusieurs millions de musulmans.

Mais la répression ne s’arrête pas là. Suite à ces perquisitions, de nombreux citoyens ont subi des assignations à résidence humiliantes pour un temps indéterminé sans aucun jugement car accusés de radicalisme ou suspectés de représenter un danger pour la sécurité nationale. Et évidemment un certain nombre d’imams font partie du lot.

Nos craintes sont légitimes : Sur quels fondements reposent ces soupçons ? Sur quelles bases le radicalisme d’une personne peut-il être avéré ? Qui détermine le degré de radicalisme ? Quelles sont les limites de ces lois d’exceptions ? Que fait-on du respect du droit et des libertés fondamentales dont la liberté de culte, la liberté de se déplacer, la liberté d’expression, le droit à la présomption d’innocence, la possibilité de se défendre en justice et avoir un jugement juste et équitable ?

Tant de questions sans réponses et qui devraient interpeller tout un chacun dans ce pays.

Il est donc de notre devoir de dénoncer cette stigmatisation que subissent les musulmans et nous refusons de servir de boucs émissaires à un gouvernement qui fait dans l’excès pour rassurer une population dont il n’a pu efficacement assurer la sécurité.

Nous alertons également contre le danger de certains politiques, médias, et groupuscules extrémistes qui déversent leur poison et attisent la haine et incitent à la violence contre la religion de l’islam et ses adeptes et qui tentent scrupuleusement de monter les citoyens français les uns contre les autres. Ceux-ci menacent ainsi la cohésion nationale et le vivre-ensemble dans le respect des différences de chacun.

Au jour de la publication de ce communiqué nous sommes entre deux tours des élections régionales et nous constatons avec effroi la montée en force du parti Le Front National. N’y-t-il pas là matière à constater une des conséquences logique d’un matraquage médiatique, mais aussi celle de la diffusion de la rhétorique frontiste haineuse et stigmatisante au sein des politiques dans l’exécutif et chez d’autres qui y aspirent banalisant ainsi le racisme et l’islamophobie ?

Face à cette situation inquiétante et intolérable, nous avons choisi de faire converger nos efforts entre acteurs engagés de la communauté, imams et prédicateurs, élus français de confession musulmane, associations et organisations musulmanes, médias communautaires pour lutter ENSEMBLE contre la répression de cet État policier ainsi que l’islamophobie dont fait l’objet notre communauté.

Exigeons ensemble l’arrêt des perquisitions arbitraires, la levée des assignations à résidence injustement infligées, la réouverture des mosquées fermées, et un retour à l’État de droit, seul garant des libertés individuelles.

Nous agirons de concert pour apporter également tout notre soutien aux victimes de cette répression.

Si Allah le permet, nous continuerons à organiser des réunions d’information et de coordination en présence d’acteurs de la communauté.

Nous appelons tous ceux qui se reconnaissent dans notre démarche, responsables associatifs, cadres musulmans, imams, élus et toutes les personnalités influentes de la communauté à nous rejoindre pour réaliser l’UNION la plus large possible et ainsi coordonner nos efforts, lutter plus efficacement et surtout FAIRE ENTENDRE NOTRE VOIX, une voix unie.

NOTRE COMMUNAUTÉ ATTEND ET EXIGE DE NOUS DE METTRE DE COTE NOS DIVERGENCES, DEVENUES SECONDAIRES, POUR METTRE TOUS NOS EFFORTS DANS LA RÉALISATION DE CETTE UNION INCHA’ALLAH

L’heure est à l’union, l’heure est à l’action !

N’oublions pas ceux vers quoi Allah swt nous enjoint dans le sens des versets suivants :

Ô les croyants ! Craignez Allah comme Il doit être craint. Et ne mourez qu’en pleine soumission. Et cramponnez-vous tous ensemble au « Ḥabl » d’Allah(le pacte vous liant à Allah) et ne soyez pas divisés ; et rappelez-vous le bienfait d’Allah sur vous : lorsque vous étiez ennemis, c’est Lui qui réconcilia vos cœurs. Puis, par Son bienfait, vous êtes devenus frères. Et alors que vous étiez au bord d’un abîme de Feu, c’est Lui qui vous en a sauvés. Ainsi Allah vous montre Ses signes afin que vous soyez bien guidés. Que soit issue de vous une communauté qui appelle au bien, ordonne le convenable, et interdit le blâmable. Car ce seront eux qui réussiront. Ne suivez pas l’exemple de ceux qui, après avoir reçu les preuves, se sont divisés et se sont opposés les uns aux autres. À ceux-là est réservé un châtiment exemplaire. [Sourate 3 versets 102 à 104]
Puisse Allah le très-Haut nous donner la sincérité dans nos paroles et nos actes et nous permette de vivre dans la paix et la dignité !

Pour nous contacter et nous faire parvenir votre signature envoyez-nous un mail à l’adresse suivante :alliancemusulmane@gmail.com

Premiers signataires :

Alliance Musulmane l’Alternative (AMA)

Elias d’Imzalène, Islam&Info (média)

Union des Associations Musulmanes de Seine-Saint-Denis (UAM93)

Abdelaziz Chaambi, Coordination contre le Racisme et l’Islamophobie (CRI)

La Campagne Abrogation des Lois Islamophobes (ALI)

Zeineb Guedioni, Action Terres du Monde

Saber, pour Islamotion (média)

Taymour Ahmad pour le Collectif Al-Qod

Abdelmadjid Belouka, pour Muslim United

Nader Abu Anas, Imam et prédicateur (Dourous.net)

Sofiane Kabir, Imam et professeur

Eric Younous, Imam, prédicateur et professeur

Cheikh Siddiq Shakeel, Théologien enseignant

Mohamed Yassine Aouidet, Imam, prédicateur et militant associatif

Siddiq Shakeel, Théologien, Enseignant

Saïd Hameurlain, Militant associatif

Jimmy Parat, Conseiller municipal à Bagnolet

Samir Laïdi, Conseiller municipal à Saint-Ouen

Ali Habibbi, Thérapeute, Islam&Psycho

Mouvement Islamique de Libération (MIL)

Farouk, membre du Collectif Hameb

Collectif Justice Argenteuil

Amar, Collectif des Victimes de l’état d’urgence

Oumma School

Muslim Help

Deen De Confiance

Farida Benmerabet, Collectif pour le droit et le respect des parents d’élèves (CDRPE)

- Omero Marongiu-Perria, sociologue des religions et acteur engagé sur les questions liées à l’islam

- Bader LEJMI (DEF)

- Sonia Moussaoui du FUIQP 42 (Front Uni des Immigrations des des Quartiers Populaires)

- Bentahar AmKaltoum, militante associative

- Association Oasis (Meudon la Forêt)

- Kerredine Soltani, artiste engagé

- Laure Deroo, "Plus Jamais ça !"

- Biazzane Aziz, militant associatif

Portfolio

 
Thèmes