8 mai 1945/2018 - appel au rassemblement

En plus de la 4ème profanation physique de la plaque en hommage aux victimes des massacres du 8 mai 1945 en Algérie les autorités persistent a vouloir nous imposer une profanation moral en refusant pour la 3ème année qu’on honore nos victimes de la barbarie coloniale a la date anniversaire.

APPEL AU RASSEMBLEMENT

mardi 8 mai 2018, vieux port Marseille

STOP au mépris et au déni de l’histoire

Appel à tous les citoyens épris de justice au rassemblement qui aura lieu, mardi 8 mai a 10h sous l’ombrière du vieux port, afin d’exiger que l’hommage aux victimes des massacres de Sétif, Guelma et Kherrata retrouve sa place dans l’histoire officielle Ce déni de justice affecte la dignité de chacun d’entre nous, et nous rappel que la France officielle n’a toujours pas digérer son histoire coloniale et esclavagiste en Afrique, chez les Kanaks, à Madagascar et dans Les Antilles...

Depuis 2008, l’Espace Franco-Algérien a pris la tête d’un large rassemblement qui a comme objectif la reconnaissance de la tragédie de l’autre 8 mai 1945 en Algérie. Une autre page noire de l’histoire de France passée sous silence.

le massacre de milliers d’algériens par les autorités coloniales alors que le monde célébrait la fin de l’horreur Nazie n’a t-il pas sa place a coté de la rafle du Vel d’hiv dans l’histoire officielle ?

En guise de premier pas vers une reconnaissance officielle, une plaque fut érigée à la mémoire des victimes de ces massacres le 14 juin 2014 en présence des autorités Municipale du 1ers et 7 eme arrondissements de Marseille
Néanmoins ce lieu de mémoire ne résista pas au négationnisme sûrement nostalgique de l’Algérie-française. Et la plaque fut profanée.
Systématiquement, l’Espace Franco-Algériens et ses amis firent réapposer la plaque avec une plainte auprès du Tribunal de grande Instance de Marseille.

Aujourd’hui les autorités de la mairie de secteur des 1ers et 7 eme arrondissements refusent de faire respecter l’ordre républicain et de se conformer à la décision votée en conseil d’arrondissement, en faisant apposer de nouveau la dite plaque.

De plus les profanateurs courent toujours. Pire encore la Place (Léon Blum haut de la Canebière) où la plaque était apposée est désormais réquisitionnée pour le bal patriotique afin d’imposer la suprématie de l’histoire officielle sur l’histoire indigène comme fut le cas le 8 mai 1945 a Setif.

Cette plaque doit retrouver sa place, c’est un minimum !

Notre devoir impérieux est de tout faire pour promouvoir une histoire inclusif
Chers ami(e)s notre conscience nous interpelle, votre présence est indispensable.

Espace Franco-Algerien paca
Coordination contre le racisme et l’islamophobie

 
Thèmes